Au carrefour entre la photo et la vidéo, le time-lapse est une technique pour réaliser une vidéo par le montage d’une série de photos. Le principe est le suivant : prendre des photos d’une scène à intervalle fixe et de façon régulière. Les clichés seront ensuite montés en un film de 24 images par secondes à l’aide d’un logiciel de montage vidéo.

 

Les résultats obtenus sont des vidéos dont le temps semble avoir été accéléré. La séquence finale durera quelques secondes alors que dans la réalité il faudrait des heures et des heures de vidéo. Cela permet de voir la dynamique d’évènements qui sont relativement lents dans le temps : le déplacement et les formes changeantes des nuages, déplacement des piétions en ville, la croissance d’une plante, une fleur qui s’ouvre en une journée, un fruit en décomposition, la construction d’un bâtiment et un sujet qui nous intéresse plus particulièrement : le déplacement des étoiles dans le ciel de nuit !…

Il est assez simple de réaliser un time-lapse, à condition de suivre quelques règles.

Par exemple pour réaliser cette vidéo, il a fallu 3 heures 30 de pauses et plus de 660 photos !

valdrome 2017 from Terre Constellee on Vimeo.

 

Le matériel

 

L’appareil photo. Il faut s’assurer que vous pouvez contrôler les paramètres de vue pour d’obtenir les meilleurs résultats. En Time lapse de nuit, il doit avoir la possibilité de prendre des photos avec de longs temps de pause.

Un intervallomètre est un accessoire qui se connecte sur l’appareil photo en mode bulbe et qui permet de déclencher automatiquement avec un intervalle de temps défini par l’utilisateur.
Cet fonction est parfois intégrée à certains boitier photo, si ce n’est pas le cas il est facile d’en trouver pour quelques dizaines d’euros sur les sites internet. Très pratique, il va vous permettre de définir l’intervalle entre chaque prise de vue.

Les cartes mémoire. La réalisation d’un time-lapse repose sur l’assemblage d’un nombre important de photos. Munissez-vous donc de plusieurs cartes mémoire ou d’une carte mémoire de grande capacité.

Un trépied : le trépied est essentiel en astrophotographie et prend toute son importance en time lapse : Le but est de stabiliser votre appareil photo pendant les prises de vue et sur la durée … Le choix d’un trépied est important : avec un bas de gamme, dans le meilleur des cas, votre matériel risque d’avoir une prise au vent fatale pour la qualité de vos prises de vue et si c’est le scénario catastrophe votre boitier et objectif tomberont sur le sol. Au passage, pensez à lester votre trépied (il y a souvent un crochet prévu à cet effet).

Les batteries. Rien de plus frustrant de ne plus avoir d’énergie pour finir la nuit. Ici aussi plusieurs solutions : avoir des batteries de secours, utilisation d’un grip, un coupleur vers secteur (bien que ce dernier soit quasi inutile en pleine nature),

Un ordinateur pour retoucher vos photos et les assembler en vidéo. Pas besoin d’investir, la plupart des ordinateurs de moyen de gamme d’aujourd’hui savent traiter le montage vidéo.

La technique de prise de vue :

La difficulté est de connaître le bon intervalle à choisir en fonction des conditions de prises de vue. Cela va dépendre de la vitesse de mouvement du sujet. Si vous avez des nuages qui se déplacent rapidement privilégiez un laps de temps assez court, (entre 1 et 3 sec.). Pour la voie lactée, une scène lente, vous pouvez monter à 30s de pose sans problèmes. Pour des plantes ou des constructions plusieurs heures voire plusieurs jours seront nécessaires.

Un peu de mathématique. Vous pouvez déterminer à l’avance la durée de votre vidéo. Pour cela, il vous suffit de connaitre le temps passer pour photographier et le temps de l’intervalle entre chaque cliché. Cet intervalle doit être supérieur au temps de pose de votre photo : si vous choississez de photographier la Voie Lactée avec 30 secondes, votre intervalle devra être supérieur à 30 secondes et il faudra prendre en compte le temps nécessaire à l’enregistrement de votre photo sur votre carte mémoire (entre 1 et 3 secondes). Ensuite, sachez qu’il faut, dans la mesure du possible, au minimum 24 images par secondes pour que l’œil humain et le cerveau « voient » bien une vidéo.

Vous voulez par exemple photographier la Voie Lactée pendant 2 heures soit 7200 secondes
Vous avez prévu un de 31 secondes entre chaque photo (30 secondes de pause et une seconde pour la carte mémoire), votre vidéo finale durera : 7200 / (31×24) = 9,7 s. 7200 secondes c’est aussi 7200 / 31 soit 232 clichés. Il est important de d’abord préparer l’intervalle de temps entre chaque photo ensuite vous pourrez définir la durée de la vidéo ou le temps dédié à la prise de vue. Il existe des logiciels sur Iphone ou Android pour préparer vos sessions et faire vos calculs.

Quelques astuces pour la prise de vue (surtout nocturne) Travaillez en mode RAW plutôt que jpg car les photos peuvent plus facilement se retoucher et rattraper les problèmes de balance des blancs par exemple. Le jpg est un mode où les clichés sont déjà compressés. L’inconvénient c’est le poids mémoire de chaque photo RAW. Choisissez de travailler en mode Manuel : bloquer, la vitesse, l’ouverture, l’ISO et la mise au point ! (Mise au point qui se fera au préalable sur une étoile en manuel et non en auto focus).Désactivez l’Auto Focus sinon l’appareil va chercher à faire la mise au point en permanence.
Pensez à économiser vos batteries en désactivant la prévisualisation des prises de vues sur l’écran, de plus cela fera de la pollution lumineuse en moins. Débrayez également la fonction anti bruit (qui génère du temps de calcul) et l’orientation automatique du paysage.

Le montage Vidéo :
Maintenant que vous avez vos 232 images, pensez à redimensionner vos photos pour gagner en vitesse d’exécution du PC, retouchez les images (chacune de la même façon !). Certains logiciels permettent d’automatiser ces actions. Assemblez les photos de manière chronologique pour créer votre vidéo. Vous pouvez aussi l’agrémenter d’une musique d’accompagnement. Il existe de nombreux logiciels permettant de réaliser le montage vidéo. Nous utilisons souvent le plus basique d’entre eux : Movie Maker de windows.

Time laps avancés : Beaucoup d’astrophotographes ajoutent un mouvement lent de l’appareil photo pendant les prises de vue soit en le fixant à une monture astronomique (comme dans notre vidéo) soit en utilisant un rail.

N’hésitez pas à partager ! Quelques soient vos résultats. Nous serons ravis de diffuser vos travaux