La magnitude

La magnitude apparente est une unité de mesure pour classer les objets célestes par ordre de luminosité.

Plus la valeur est élevée, plus l’objet est difficilement discernable.

La limite de magnitude à l’oeil nu est environ de 6.

Ensuite les instruments et la photographie permettront d’atteindre des magnitudes plus élevées.

Quelques exemples :

  • Magnitude apparente du Soleil : -26,7
  • Magnitude apparente de la pleine Lune : -12,6
  • Magnitude apparente maximale de Vénus : -4,6
  • Magnitude apparente maximale de Mars : -2,9
  • Magnitude apparente de Sirius, l’étoile la plus brillante : -1,5
  • Magnitude apparente de Canopus, la seconde étoile la plus brillante : -0,7
  • Magnitude apparente de Véga : +0,03
  • Objets les plus faibles observés par Hubble : +30

 

Les optiques en Astronomie et quelques formules.

Il existe deux grandes familles d’instruments pour observer le ciel :

  • les lunettes astronomiques, composées de lentilles.
  • les télescopes équipés de miroirs.

Il existe plusieurs catégories de télescopes : les Newtons (et les Dobsons), les Schmits Cassegrain, les Richtey-Chrétien et les Maksutov….

Dans les deux cas, il est nécessaire, pour l’observation visuelle, de rajouter un oculaire. Plus la valeur de l’oculaire est petite, plus l’objet sera grossit.

En effet, la formule est la suivante :  Grossissement = Diamètre (mm) de l’instrument / Valeur en mm de l’oculaire.

Il s’en suit différents calculs faciles à retenir :

Le rapport F/D est le rapport entre la focale (mm)  et le diamètre de l’instrument (mm) : plus cette valeur est faible, plus l’instrument est lumineux.

Le grossissement utile : la valeur de grossissement est alors 1 à 2 fois la valeur du diamètre du télescope (mm) selon les conditions d’observation.

Le grossissement maximum : 2,4x le diamètre (mm) du télescope.

 

 

 

 

 

S’équiper pour la nuit

De jour, même si il fait beau et chaud, pensez à vous couvrir dès la nuit tombée. Il est conseillé de porter plusieurs couches de vêtements (effet pelures d’oignons). Protégez votre tête avec un bonnet et vos mains avec des gants. N’hésitez pas à porter deux paires de chaussettes pour vos pieds.

Une lampe frontale ou une torche avec une lumière rouge servira à vous déplacer et de manier des objets dans l’obscurité.

Pourquoi rouge ? Afin de garder vos yeux accoutumés à l’obscurité.

Quelques boissons chaudes peuvent également être appréciées afin de se réchauffer.

Le matériel nécessaire en Astrophotographie

Afin de réussir vos photos de paysages astronomiques, équipez vous de préférence d’un appareil photo reflex et d’un trépied. Ceci étant, un reflex n’est pas obligatoire : un appareil qui permet de faire plusieurs secondes de pauses (entre 15 et 60 sec) est déjà très bien, et il faut absolument pouvoir débrayer l’autofocus de l’objectif car la nuit il n’y a pas assez de lumière pour qu’il fonctionne. Il faut aussi pouvoir ne pas utiliser le flash.
Il faudra également prévoir des batteries de secours pour votre APN, le froid et le nombre élevé de pauses sur une nuit est assez énergivore.

Pour le trépied, il faut qu’il soit très stable, les pauses sont souvent longues. Il doit résister au vent et aux vibrations au sol si vous marchez autour.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une grande focale (gros zoom) mais il est en revanche préférable qu’il soit ouvert, c’est à dire lumineux (avec une valeur F la plus basse possible). Par ailleurs, la mise au point devra être manuelle. La photographie en astronomie n’est pas compatible avec les différents modes automatiques des appareils photographiques.

Accessoirement, un intervallomètre sera un plus non négligeable pour vos prises de vue.

L’intervallomètre est une télécommande pour appareil photo capable de programmer des déclenchements photo à fréquence régulière. Il peut s’agir également d’une fonction incluse dans les options d’un boîtier d’appareil photo. Avec un intervallomètre il est possible de programmer une prise de photo à intervalle régulière durant un temps donné : 1 photo toutes les 35s pendant 60 minutes par exemple.

Reste à gérer le problème de la buée qui apparaît inexorablement sur les objectifs : Pour cela vous pouvez utiliser un pare bué d’origine ou fait avec un morceau de carton que vous fixerez à l’objectif. Une autre technique passe par l’utilisation de petites résistances chauffantes ou de chaufferettes chimiques réutilisables.