Saisir le mouvement du Ciel

Au carrefour entre la photo et la vidéo, le time-lapse est une technique pour réaliser une vidéo par le montage d’une série de photos. Le principe est le suivant : prendre des photos d’une scène à intervalle fixe et de façon régulière. Les clichés seront ensuite montés en un film de 24 images par secondes à l’aide d’un logiciel de montage vidéo.

 

Les résultats obtenus sont des vidéos dont le temps semble avoir été accéléré. La séquence finale durera quelques secondes alors que dans la réalité il faudrait des heures et des heures de vidéo. Cela permet de voir la dynamique d’évènements qui sont relativement lents dans le temps : le déplacement et les formes changeantes des nuages, déplacement des piétions en ville, la croissance d’une plante, une fleur qui s’ouvre en une journée, un fruit en décomposition, la construction d’un bâtiment et un sujet qui nous intéresse plus particulièrement : le déplacement des étoiles dans le ciel de nuit !…

Il est assez simple de réaliser un time-lapse, à condition de suivre quelques règles.

Par exemple pour réaliser cette vidéo, il a fallu 3 heures 30 de pauses et plus de 660 photos !

valdrome 2017 from Terre Constellee on Vimeo.

 

Le matériel

 

L’appareil photo. Il faut s’assurer que vous pouvez contrôler les paramètres de vue pour d’obtenir les meilleurs résultats. En Time lapse de nuit, il doit avoir la possibilité de prendre des photos avec de longs temps de pause.

Un intervallomètre est un accessoire qui se connecte sur l’appareil photo en mode bulbe et qui permet de déclencher automatiquement avec un intervalle de temps défini par l’utilisateur.
Cet fonction est parfois intégrée à certains boitier photo, si ce n’est pas le cas il est facile d’en trouver pour quelques dizaines d’euros sur les sites internet. Très pratique, il va vous permettre de définir l’intervalle entre chaque prise de vue.

Les cartes mémoire. La réalisation d’un time-lapse repose sur l’assemblage d’un nombre important de photos. Munissez-vous donc de plusieurs cartes mémoire ou d’une carte mémoire de grande capacité.

Un trépied : le trépied est essentiel en astrophotographie et prend toute son importance en time lapse : Le but est de stabiliser votre appareil photo pendant les prises de vue et sur la durée … Le choix d’un trépied est important : avec un bas de gamme, dans le meilleur des cas, votre matériel risque d’avoir une prise au vent fatale pour la qualité de vos prises de vue et si c’est le scénario catastrophe votre boitier et objectif tomberont sur le sol. Au passage, pensez à lester votre trépied (il y a souvent un crochet prévu à cet effet).

Les batteries. Rien de plus frustrant de ne plus avoir d’énergie pour finir la nuit. Ici aussi plusieurs solutions : avoir des batteries de secours, utilisation d’un grip, un coupleur vers secteur (bien que ce dernier soit quasi inutile en pleine nature),

Un ordinateur pour retoucher vos photos et les assembler en vidéo. Pas besoin d’investir, la plupart des ordinateurs de moyen de gamme d’aujourd’hui savent traiter le montage vidéo.

La technique de prise de vue :

La difficulté est de connaître le bon intervalle à choisir en fonction des conditions de prises de vue. Cela va dépendre de la vitesse de mouvement du sujet. Si vous avez des nuages qui se déplacent rapidement privilégiez un laps de temps assez court, (entre 1 et 3 sec.). Pour la voie lactée, une scène lente, vous pouvez monter à 30s de pose sans problèmes. Pour des plantes ou des constructions plusieurs heures voire plusieurs jours seront nécessaires.

Un peu de mathématique. Vous pouvez déterminer à l’avance la durée de votre vidéo. Pour cela, il vous suffit de connaitre le temps passer pour photographier et le temps de l’intervalle entre chaque cliché. Cet intervalle doit être supérieur au temps de pose de votre photo : si vous choississez de photographier la Voie Lactée avec 30 secondes, votre intervalle devra être supérieur à 30 secondes et il faudra prendre en compte le temps nécessaire à l’enregistrement de votre photo sur votre carte mémoire (entre 1 et 3 secondes). Ensuite, sachez qu’il faut, dans la mesure du possible, au minimum 24 images par secondes pour que l’œil humain et le cerveau « voient » bien une vidéo.

Vous voulez par exemple photographier la Voie Lactée pendant 2 heures soit 7200 secondes
Vous avez prévu un de 31 secondes entre chaque photo (30 secondes de pause et une seconde pour la carte mémoire), votre vidéo finale durera : 7200 / (31×24) = 9,7 s. 7200 secondes c’est aussi 7200 / 31 soit 232 clichés. Il est important de d’abord préparer l’intervalle de temps entre chaque photo ensuite vous pourrez définir la durée de la vidéo ou le temps dédié à la prise de vue. Il existe des logiciels sur Iphone ou Android pour préparer vos sessions et faire vos calculs.

Quelques astuces pour la prise de vue (surtout nocturne) Travaillez en mode RAW plutôt que jpg car les photos peuvent plus facilement se retoucher et rattraper les problèmes de balance des blancs par exemple. Le jpg est un mode où les clichés sont déjà compressés. L’inconvénient c’est le poids mémoire de chaque photo RAW. Choisissez de travailler en mode Manuel : bloquer, la vitesse, l’ouverture, l’ISO et la mise au point ! (Mise au point qui se fera au préalable sur une étoile en manuel et non en auto focus).Désactivez l’Auto Focus sinon l’appareil va chercher à faire la mise au point en permanence.
Pensez à économiser vos batteries en désactivant la prévisualisation des prises de vues sur l’écran, de plus cela fera de la pollution lumineuse en moins. Débrayez également la fonction anti bruit (qui génère du temps de calcul) et l’orientation automatique du paysage.

Le montage Vidéo :
Maintenant que vous avez vos 232 images, pensez à redimensionner vos photos pour gagner en vitesse d’exécution du PC, retouchez les images (chacune de la même façon !). Certains logiciels permettent d’automatiser ces actions. Assemblez les photos de manière chronologique pour créer votre vidéo. Vous pouvez aussi l’agrémenter d’une musique d’accompagnement. Il existe de nombreux logiciels permettant de réaliser le montage vidéo. Nous utilisons souvent le plus basique d’entre eux : Movie Maker de windows.

Time laps avancés : Beaucoup d’astrophotographes ajoutent un mouvement lent de l’appareil photo pendant les prises de vue soit en le fixant à une monture astronomique (comme dans notre vidéo) soit en utilisant un rail.

N’hésitez pas à partager ! Quelques soient vos résultats. Nous serons ravis de diffuser vos travaux

Où sont les Etoiles ? Voyage aux USA

Le parcours d’un Photographe qui s’éloigne des villes à la recherche de ciel sans pollution lumineuse.

Asif Islam, photographe de 34 ans installé à  Palo Alto dans l’état de la Californie aux USA, s’est posé la question “Où sont les étoiles ?” Il a fait un voyage de Los Angeles jusqu’au désert du Grand Bassin. Nous rendre compte, à travers ses différents time lapses, de l’évolution de la qualité du ciel quand on s’éloigne des villes.

A noter qu’il a très peu traité ses images afin de préserver au mieux les écarts de lumières d’un site à l’autre. C’est pour cette raison qu’il y a, entre autre, du vignettage sur les clichés.

 

Voici ses commentaires (traduits de l’anglais) qui accompagnent sa vidéo :

Ceci est un court-métrage que j’ai réalisé pour montrer comment la pollution lumineuse peut affecter la vue du ciel nocturne. Je vous fais voir comment la vue de la Voie Lactée s’améliore progressivement à mesure que la pollution lumineuse diminue (de Los Angeles au désert du Grand Bassin). Voyager et photographier à différents niveaux d’impact de la pollution lumineuse était un défi. En outre, j’étais surtout seul dans certains endroits, ce qui est un peu effrayant en raison de la présence de la faune (ours, lion de montagne, serpent). Malgré le défi, j’ai été impressionné par la beauté du ciel nocturne dans des zones très peu polluées.

La plupart d’entre nous vivent sous un ciel très pollué, et certaines personnes n’ont jamais vu la Voie lactée. Pendant une panne de courant en 1994, les résidents de L.A. ont appelé les secours lorsqu’ils ont vu la voie lactée pour la première fois. Bien que nous ne puissions pas imaginer des villes telles que L.A. ou New-York sombres à la tombée de la nuit, nous pouvons  déjà limiter la pollution lumineuse, en particulier le halo lumineux des villes. La lueur du ciel est le résultat de la lumière dirigée vers le haut au lieu d’être dirigée là où elle serait utile: vers les rues et les maisons. Malheureusement, la plupart du temps, les lumières artificielle d’une ville ne servent à rien. Nous avons perdu notre connexion avec le ciel nocturne. C’est par l’observation du ciel que les Hommes ont bâti des merveilles comme Stonehenge, les pyramides de Gizeh ou encore le calendrier maya. Ce ciel que nous regardons, apaise nos vies surmenées et nous rend plus ouvert, plus réfléchi. L’astronome Neil de Grasse Tyson a dit: “Quand vous regardez le ciel nocturne, vous réalisez à quel point nous sommes petits dans le cosmos”, “C’est une sorte de réinitialisation de votre ego. Se priver de cet état d’esprit, volontairement ou involontairement, c’est ne pas vivre pleinement ce que c’est que d’être humain.”

Ingénieur informaticien chez Google, Asif a commencé la photographie il y a 5 ans comme un passe-temps qu’il a pu lier avec les voyages, son deuxième hobby. En explorant la planète au cours des dernières années, il s’est efforcé à immortaliser et à partager la beauté du monde. Ses images de voyages incluent des paysages, la nature, des scènes urbaines et la faune.

Peu à peu, il y a 3 ans, il s’est lancé dans l’astrophotographie.  Activité pour le moment principalement faite aux Etats-Unis. Il souhaiterait à l’avenir voyager en Europe, en Afrique, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud pour se consacrer à l’astrophotographie.

 

Pour en savoir plus sur Asif Islam

Internet : https://asif-islam.pixels.com/

Facebook : https://www.facebook.com/photography.asif/

Instagram : https://www.instagram.com/asif.photography/

 

Le Temple de Diane, à Evora, vue par un Drone

Profitons de ce vol de drone pour admirer, sous un angle inattendu, la célèbre et magnifique ville d’Evora au Portugal.

Le drone prend son envol depuis le temple de Diane, monument classé au patrimoine international de l’UNSCO. Le temple de Diane est un temple romain du IIe siècle. C’est l’un des monuments les plus connus de Liberatias Iulia, le nom antique d’Evora. Il atteste de la présence romaine au Portugal. Bien qu’il soit communément appelé Temple de Diane, cette association avec la déesse de la chasse est le fait d’une légende qui remonte au XVIIe siècle. Le temple fut probablement construit pour le Culte impérial de l’empereur Auguste. Il a été construit au IIe siècle sur place principale de la ville et a été détruit lors des Grandes Invasions du Ve siècle. Les ruines du temple sont les derniers vestiges du forum de la ville.

Au Moyen Âge, les ruines du temple furent incorporées à une tour du Château d’Evora. Le temple (transformé en tour) fut utilisé comme boucherie du XVIe siècle jusqu’en 1836. Après 1871, une restauration du temple fut faite sous la direction de l’architecte italien Giuseppe Cinatti.

Le temple d’origine était probablement très similaire à la Maison Carrée de Nïmes.

 

Un beau Ciel en France

Quand la météo est clémente toute la nuit, c’est l’occasion de faire des timelapses : des clichés de plusieurs secondes de pauses

prises à intervalles régulières. Chaque image sera ensuite montée dans un film de 24 images par secondes.

Donc si un cliché a une pause de 30 secondes à laquelle on ajoute le temps entre les pauses de 2 secondes, la pause totale de la photographie est de 32 secondes.

Si le film fait 24 images par seconde, une seconde du film représente 24 images x 32 secondes de pause donc 468 secondes réelles

soit près de 8 minutes (Vous suivez ?)

Notre timelapse présenté ici fait 18 secondes soit environ 2h30 dans la réalité !

Time lapse à Valdrôme from Terre Constellee on Vimeo.

 

 

Aujourd’hui … Evasion à Tenerife !

Aujourd’hui, une vidéo énergique pour attaquer ce début de semaine !

Le Teide, sommet de l’île de Ténérife et point culminant de l’Espagne est également un volcan qui sommeille depuis quelques centaines d’années.

L’île a la particularité d’avoir une météo très constante et douce. La flore de la Macaronésie compte de nombreuse espèces endémiques dont le

représentant emblématique est sans aucun doute le dragonnier.

L’île de Tenerife est propice à de nombreuses excursions : randonnées dans le cratère, montée au point culminant à 3 715 mètres d’altitude.

Découverte de tunnels et d’anciennes coulées de laves. Visite d’un site scientifique dédié à l’Astronomie Solaire.

De charmants villages agréables à découvrir sont installés sur les pentes de cette montagne émergée de l’Océan.

C’est parmi ses insulaires que vous vivrez pour apprécier la finesse de leur culture.

Vous serez également accueilli dans un hébergement directement installé dans le cratère, sous les splendeurs des nuits étoilées.

Point de départ pour aller admirer la voie lactée au-dessus de mers de nuages.

Animations astronomiques en soirée, nous vous accompagnerons également dans la technique de vos prises de vue nocturne.

 

Tenerife from Christian Kermer on Vimeo.

PNA Timelapses 2015, 2016 et 2017

L’association Chasseurs de Nuits vient de compiler en une seule vidéo l’ensemble des timelapses

issus des éditions 2015, 2016 et 2017 du concours Photo Nightscape Awards

Prenez vraiment le temps de la regarder car c’est une pure merveille !